Italie adriatique et centrale

Après avoir visité la côte la plus touristique, nous passons de l'autre côté vers la mer adriatique qui sépare la péninsule italienne à la péninsule balkanique.


Pineto – (depuis Pompei 289km soit 5h)

C'est une petite ville en bord de plage sur la mer adriatique. L'ambiance y est complètement différente de la côte méditerranéenne, beaucoup moins touristique et plus sauvage quoi que l'été, ça doit être une ville balnéaire vue les installations proposées.

Nous avons choisi ce parking au bord de l'eau pour y passer le week-end, en profiter pour faire du sport sur la piste cyclable et comme vous pouvez le voir, laver nos petites culottes.

Il faut savoir qu'il n'est pas simple de trouver des endroits pour courir en Italie alors cette piste cyclable est une véritable aubaine. Nous en avons profité au maximum en faisant un entraînement combinant vélo et course à pied. Quand l'un court, l'autre le suit en vélo pour le motiver et lui porter les ravitaillements.

Au total, nous avons parcouru chacun 16km en courant (avec 4 blocks de 10 minutes en allure rapides) et 14km de vélo. Une bonne grosse journée de sport à une semaine du semi de Milan afin de voir ce qu'on a dans les jambes.

Le samedi soir, nous avons succombé au seul restaurant ouvert dans le coin à cette période de l'année pour manger encore une pizza, goûter au tiramisu et au limoncello. Le prix était imbattable mais nous avons goûté meilleur.


Le + : le parking au bord de la mer qui n'est pas interdit aux camping-cars par contre, l'été il vaut mieux oublier car il sera pris d'assaut par les locaux ! Donc ok pour le hors saison et en plein saison, il y a des campings juste à côté.


Saint-Marin – 237 km soit 5h

En remontant un peu plus dans les terres en direction de Milan, nous faisons un stop dans la petite principauté de San Marino sur le mont Titano qui est d'ailleurs le troisième plus petit état après Monaco et le Vatican. Elle est l'une des plus vieilles républiques du monde, elle est réputée pour ses rues étroites et son architecture médiévale. C'est aussi un lieu de détaxe avec de nombreuses boutiques qui proposent principalement des parfums, des sacs à main, de l'alcool, des bijoux et à notre grand étonnement des armes ! Alex en a profité pour se racheter un parfum, c'est toujours ça de gagné !

A notre grande surprise, en revenant au fourgon, nous avons eu un PV de stationnement pourtant nous sommes restés à peine 2h. Bon, le tort que nous avons eu est de ne pas avoir vu l'horodateur spécial camping-car... Nous avons payé immédiatement les 13 euros.


Le + : les boutiques détaxes !


Florence – 149 km soit 3h

Capitale de la Toscane et berceau de la Renaissance italienne. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO pour son centre historique. La ville entière est belle à voir et encore nous n'avons pas visité les nombreux musées qui recèlent de tableaux mondialement connus.

Le symbole le plus emblématique de Florence est le ponte Vecchio qui a la particularité d'abriter des bijouteries de luxe. Ce pont est le seul a avoir survécu à la seconde guerre mondiale tous les autres ont été détruits malgré l'alliance entre les italiens et les nazis.


Nous avons passé la journée à flâner dans les rues, nous nous y sentions bien jusqu'à ce que le drame de la circulation arrive !

En repartant en fourgon, l'application Waze nous indiquait une seule route pour aller à Modène, nous suivons le GPS puis nous arrivons face à un pont sans indication de largeur. A vue d’œil et par expérience de la route avec Runy, nous l’empruntons sans problème puis nous avançons sur une route étroite pour un seul véhicule jusqu'à arriver devant un tunnel de hauteur 1.80 m... Comment vous dire que ça ne pouvait pas passer parce que Runy mesure 2.05 m ! Pas le choix, nous sommes obligés de faire demi-tour sur cette double voie étriquée. Julie sort pour faire la circulation et finalement nous retournons sur nos pas. Waze nous indique une autre direction mais rebelotte, un tunnel trop petit pour nous, nous devons donc repasser sur le pont. Cette fois, la circulation est beaucoup plus dense et les feux de signalisations ne fonctionnent pas alors de nouveau, Julie décide de descendre pour stopper les voitures avant le pont (bien sûr nous n'avons aucune visibilité). Quand c'est au tour d'Alexandre de passer, le fourgon n'était pas bien dans l'axe à cause de l'influence et là Julie assiste à l’écrasement de la porte coulissante sur le pont... Nous sommes tous les deux en état de choc. L'assurance nous indique la marche à suivre pour les réparations à Milan. Plus de peur que de mal !


Nous garderons quand même un bon souvenir de Florence mais pas des italiens qui roulent de façon dangereuse sans respecter le code de la route !


Le + : boire un capuccino sur la place du Duomo, attention même pour boire un café, vous paierez le couvert de l'ordre d'1.50 euro pour un cappuccino à 2 euros !



Maranello – 135 km 2h par autoroute

Depuis Florence pour rejoindre Milan comment ne pas passer à Maranello, ville célèbre pour la fameuse marque au cheval cabré Ferrari. Une fois rentré dans la ville, tout est a l'effigie de la marque et plusieurs boutiques proposent un service de location et des goodies en tout genre.

On peut vous dire que Runy a fait son effet sur le parking du musée et à l'entrée sur le circuit. Il y a deux musées Ferrari, un spécialisé sur la course automobile et l'autre sur l'histoire de la marque, c'est celui-ci que nous avons d'ailleurs visité. Le musée est consacré à la marque retrace son histoire avec des modèles de légendes comme la F40, la 250 ou bien la toute dernière "La Ferrari". En bonus un hommage au célèbre pilote Schumacher à l'occasion de ses 50 ans qui retrace sa carrière en F1 et son implication dans la société (il aidait notamment au perfectionnement d'un point de vue sportif de la Enzo).


Le +: A la fin de la visite, il y a un stand où l'on peut se faire photographier dans une Ferrari en payant la photo bien sûr mais le gentil hôte a dit à Julie qu'on n'était pas obligé de la récupérer alors hop, la voilà au volant d'un bolide rouge.



Milan – 177 km 2h30 autoroute

Nous arrivons dans la région de Milan un peu plus tôt que prévu afin de rencontrer l'expert pour la réparation du fourgon. Nous avons oscillé entre la ville de Magenta et Milan, à environ 1h de route parce qu'à Milan il n'y a pas d'aire de camping-cars, comme dans la plus part des grandes villes d'ailleurs.

Petite anecdote sur l'un des parkings du centre ville de Milan, un africain nous a placé puis nous a demandé 15 euros pour 3h de stationnement...C'est une blague ?! Non pas du tout, Julie a réussi à négocier la nuit complète pour 10 euros ! L’Italie c'est aussi ce genre de petites surprises.


Nous avions mentionné dans l'article de la course du semi-marathon de Milan les visites que nous avions faites avec notre ami runner Claudio, pour les intéressés direction l'onglet "running".


Au total, nous sommes restés 3 jours à Milan, nous avons beaucoup marché, couru, pris le métro, c'est une ville que nous avons apprécié et dans laquelle nous pourrions vivre.


Le + : Milan est une ville assez complète, on peut tout autant visiter des monuments ou des musées, se reposer dans le Parco Sempione, faire les boutiques et boire des verres en terrasse. Au final, c'est une ville qui ressemble en certains points à Paris.


Frontière Suisse (Lavena Ponte Tresa) – 80km 2h

En attendant de recevoir la fenêtre pour le fourgon, nous avons fait une escapade d'une nuit dans le nord de l'Italie, à la frontière de la Suisse.

Nous avons eu des difficultés à nous garer entre le restaurateur italien qui veut nous facturer un emplacement gratuit ou bien la police locale qui nous demande de partir sur le champs... Nous avons quand même trouvé une place sur un parking face au lac.

Le lendemain, nous nous sommes lancés sur une randonnée sur l'un des sentiers émeraude de la région et nous avions terminé hors des sentiers battus à crapahuter dans la montagne en direction d'une église. Arrivés au sommet, la vue était incroyable sur le lac Lugano et le mont San Salvatore.

15km de marche et du dénivelé, c'est tout ce qu'on voulait !


Le + : les multiples randonnées dans cette région montagneuse entre l'Italie et la Suisse. Nous avons utilisé l'application "outdooractive"pour s'informer sur les randonnées et suivre le tracker GPS.


Vérone – 150km 3h

Nous avons passé quelques heures à Vérone pour le fameux balcon de Juliette dans une demeure seigneuriale du XIIème siècle. Certains disent que cette maison ce serait pas le véritable lieu d'habitation de Juliette, elle aurait servi pour la tragédie romantique de Shakespeare en 1597 notamment pour son balcon puis serait devenu officiellement le lieu que l'on connait aujourd'hui.

Nous n'allons pas remettre en cause les faits, nous apprécions comme de nombreux autres touristes ce balcon si célèbre. La tradition veut que l'on touche le sein de la statut de Juliette pour apporter amour et fécondité dans son couple, c'est chose faite, Julie adore les traditions de ce genre.


Il n'y a pas que le balcon qui est à voir dans cette ville, le château médiéval, les fresques sur les bâtiments, l'arène qui propose des spectacles en plein air. Nous ne nous attendions pas à trouver une ville aussi jolie, nous sommes agréablement surpris.


Le + : N'oubliez pas de prendre un stylo pour noter des petits mots d'amour sur le mûr à l'entrée de la maison de Juliette !

Et le deuxième plus sont les glaces artisanales au tout petit prix de 2 euros les deux boules.


Trévise – 120km 2h30

Pourquoi Trévise ? Pour retrouver une amie italienne de Julie et aussi ancienne collègue de travail chez Uniqlo.

Le samedi soir, Maddalena et son ami nous ont fait découvrir la vie nocturne italienne. Entre antipastis, prosecco et restaurant traditionnel, ce soir-là nous étions en immersion totale. Nous nous sommes laissés porter sur les conseils de nos amis et nous avons tout aimé, la polenta, le fromage, le tiramisu, le dessert citronné au prosecco.


Le lendemain, nous avons visité la ville de jour en vélo, c'est agréable de se balader dans les rues car elle sont pour la plupart piétonnes. Encore une fois, nous avons été étonnée de la beauté de la ville, elle ressemble à une petite Venise avec ses canaux et ses ponts. Une Venise à taille humaine et moins touristique.

Nous ne le savions pas mais le dimanche a eu lieu une course du 10km au marathon, si nous l'avions su plus tôt nous aurions sûrement acheté un dossard ! La prochaine fois, on checkera dès notre arrivée.


Le + : le restaurant Toni del Spin qui propose des plats traditionnels à des prix abordables.


Venise – en train depuis Trévise : 30 minutes

Nous nous sommes tâtés, y va-t-on ou partons-nous directement en Slovénie ? Ce serait dommage de ne pas en profiter puisque nous sommes à seulement 30 minutes en train de Venise.

Le lundi matin, de bonne heure et de bonne humeur, nous partons visiter Venise pour la journée.

Le spectacle commence dès la sortie de la gare avec canaux, ponts, gondoles et marchands de masques vénitiens.

Nous avons flâner dans les rues sans plan pour découvrir au fil de l'eau les ruelles et canaux. Nous avons atterri sur les grandes places populaires telles que la Place Saint-Marc et sa basilique, le palais des Doges, la basilique Santa Maria della Salute...


Pour les amateurs de peintures, il y a quelques boutiques qui proposent d'acheter des pigments de couleurs bruts pour les utiliser en aquarelle, à l'huile ou en acrylique. Les vitrines décorées de pigments donne envie !


Ce que nous avons aimé dans cette ville, c'est se balader pour s’imprégner de l’atmosphère de Venise et d'imaginer le spectacle lors du carnaval. Une journée était amplement suffisant pour ce que nous voulions voir, qui c'est, nous reviendrons peut-être un week-end après notre road-trip dans une tout autre démarche.


Petits conseils :

- n'hésitez pas à vous balader dans les petites rues moins touristiques, vous pourrez prendre de jolies photos et plus de plaisir,

- pour le déjeuner ou le dîner, nous vous conseillons des petits restaurants loin des grandes places sinon le prix y est exorbitant (3 euros le couvert, entre 10 et 15 euros la pizzas pas très garnies).


Le + : Dormir à Trévise et pouvoir être en train à Venise en moins de 30 minutes ainsi, vous visiterez deux jolies villes au style similaire.


15 vues
Qui sommes-nous ?

Un jeune couple, Julie et Alexandre qui ont décidé de découvrir l'Europe en courant. De Paris jusqu'à Bucarest en passant par l'Italie et les Pays-Bas.

 

En savoir plus

 

Abonne-toi
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now