La Bulgarie

Après la Serbie, la Bulgarie. Nous continuons notre voyage vers la côte de la mer noire en visitant les principales attractions du pays pour rejoindre en point final la ville de Varna afin de courir le marathon de Varna.


Sofia (depuis Belgrade : 395km soit 4h30)

Le vendredi en fin de journée, nous sommes arrivés dans la capitale de la Bulgarie qui est aussi la 4ème plus grande ville des balkans. Même si Sofia est une capitale, son centre reste à taille humaine.


Dès le lendemain matin, nous avons rencontré la team adidas Runners Sofia au sein d'une course de quartier de 5km; une course gratuite qui a lieu chaque dimanche dans plusieurs villes bulgares.

Kalin, le captain de la team nous a accueilli avec 2 t-shirts AR, génial, un de plus dans notre collection !

Quelques runners AR étaient présents, nous avons pu discuter du concept de notre voyage et de leurs participations pour certains au semi-marathon de Paris de cette année. Les bulgares sont plus timides que les autres runners, peut-être que la barrière de la langue à quelques peu freiner à la discussion.


Avec un départ à 9h, nous avions ensuite tout le temps pour visiter Sofia.

Dans le désordre, nous avons vu : le Palais nationale de la Culture avec son parc et sa fontaine géante, la Cathédrale Saint-Nédélia, la Cathédrale Saint Aleksandar Nevski devant laquelle nous avons assisté à la cérémonie de Pâques Orthodoxe, l'Eglise Saint-Georges Rotunda caché entre des bâtiments ministériaux, le Palais de Justice de taille monumental tout comme les lions gardant l'entrée. Puis, après avoir visité la rue commerçante principale, nous avons essuyé un gros orage, ce qui ne nous a pas empêché de continuer notre tour.

Le théâtre national, une église russe aux toits dorés...

On peut dire que c'est une ville multi-cultes puisque toutes les religions y sont présentes.


Ce que nous avons aimé à Sofia c'est la taille de la ville, l'animation dans l'artère principale, la richesse des monuments à voir, les sandwichs façon kebab à 2.5 euros, de plus, nous avons eu la chance d’assister à la cérémonie de Pâques pour nous plonger dans l'univers, la religion orthodoxe.

Le dimanche soir, après avoir fait le tour de la ville, nous avons pris la route pour le monastère de Rila dans les montagnes Vitocha.


Le + : Ne pas hésiter à participer à la course 5km Run pour se tester sur cette distance et commencer la journée sur une note sportive.


Rila - 118km soit 1h40

La route ne fut finalement pas si sinueuse pour arriver jusqu'au monastère, nous avons pu dormir sur la parking pour quelques euros en compagnie des chiens du coin.

Petit bémol sur le restaurant derrière le monastère qui ne propose par vraiment de plats typiques de la région, dommage.


Petit point info :

Il est fondé au 5ème siècle par Saint-Jean de Rila envoyé par l'église orthodoxe et partiellement détruit au 19ème siècle par un feu mais il fut reconstruit entre 1834 et 1862. Il est caractéristique de la Renaissance bulgare et symbolise l'identité culturelle bulgare après des siècles d'occupations ottomanes. Il est inscrit au patrimoine de l'UNESCO en 1983.

Ce monument est le site touristique le plus visité en Bulgarie, avec une superficie de 8 800 m² dont 300 cellules pour les moines et 4 cloîtres, le monastère est aujourd'hui habité et dispose de dortoirs pour ceux qui souhaiteraient vivre l'expérience le temps d'une nuit.


Une visite qui vaut le coup d’œil car le bâtiments et les peintures sont vraiment belles.


Kazanlak - 310km soit 4h10

Ensuite, direction la vallée des roses à Kazanlak.

Nous ne savions pas que la Bulgarie avait une réputation internationale pour ses fleurs, les grandes marques de luxe de parfum n'hésitent pas à dépenser 10 000 euros pour 1 seul kilo d'essence de rose.

Malheureusement, les roses Damascena n'étaient pas encore au point d'éclore, nous les loupons de peu, à un mois près... Nous visitons tout de même l'une des distilleries de la région pour comprendre la fabrication des huiles et de l'eau de rose. Le principe est le même que la distillerie de rhum et ça on connait, nous avons visité quelques distilleries en Martinique l'année dernière.

Pas de roses à voir, nous restons sur notre faim.


Le + : acheter de l'eau de rose damascena dans la boutique pour quelques euros, elle aide les peaux à problèmes et assainit la peau en plus de son odeur florale agréable.

Monument communiste

A quelques kilomètres de là, juché en haut du mont Buzludzha, un monument communiste abandonné. Nous avons hésité à nous y rendre car certains commentaires disaient que le chemin pour y accéder était plutôt chaotique et comme nous voulons garder Runy en un seul morceau... Nous nous sommes tout de même lancés et nous ne sommes pas déçus !

La route est plus que correcte sauf sur les derniers mètres.

Une arrivée dans la brume donnait encore plus une atmosphère mystérieuse au lieu.

Deux camping-caristes étaient aussi présents, nous avons échangé quelques mots avec des allemands qui faisaient un voyage d'un mois dans les pays de l'est et un couple de français de notre âge qui faisait un roadtrip de 6 mois. Ils ont d'ailleurs adopté un chien en Roumanie trop mignon, ça nous laisse de l'espoir pour en trouver un nous aussi.


Le monument est gigantesque et impressionnant, interdit au public forcément puisqu'il tombe en lambeaux.

C'est une ancienne salle de congrès du parti communiste bulgare construit en 1981 et abandonné en 1989. Une telle construction pour si peu d'utilisation, étrange ! Dommage, de ne pas pouvoir aller à l'intérieur, nous avons vu des photos, il y avait des peintures et mosaïques des différentes figures communistes, les clichés auraient été intéressants mais ici, pas d'urbex, nous avons regardé que de l'extérieur.


Veliko Taverno - 90km soit 1h50

Une ville au centre de la Bulgarie réputée pour sont château et ses maisons à flan de falaises. Pour être honnête, nous n'avons pas été très emballés par cette ville, nous avons vu les principaux monuments puis avons pris la route pour un camping chez l'habitant.


Près de Veliko Taverno - chez Cliff

La Bulgarie n'est pas vraiment adaptée pour les camping-caristes/vanlifers. Comme on peut le voir sur park4night, les pictos verts, bleus ou rouge se font rares alors comment faire le plein d'eau ou bien vider la cassette ? Et bien, il faut être rusé ! Ou alors trouver un camping maison comme chez Cliff qui propose son terrain, électricité, eau, toilettes et salle de douche (un peu roots, vaut mieux garder les claquettes !) au bord d'une rivière.

L'endroit était de toute beauté, nous nous y sommes sentis tellement bien que nous sommes restés deux nuits, ce qui nous a laissé le temps de faire notre premier BBQ, laver du linge (oui oui encore !)...


Varna - 222km soit 3h

Nous y sommes venus 2 fois, la première fois en guise de repérage de stationnement et du parcours du marathon car oui, vous allez rire mais nous nous sommes trompés de dates pour la course d'une semaine, c'est ça le problème de prendre des dossards en avance !

Au moins, nous avons pris le temps de visiter et d'étudier le parcours à la loupe.

Varna est une grande ville balnéaire au bord de la mer noire, c'est un petit Barcelone façon bulgare avec de nombreux bars, restaurants et boites de nuit vue mer. L'été, l'ambiance doit être folle.


Qu'y a t-il à voir à Varna ?

La cathédrale, le monument communiste, le centre ville piéton, se balader sur la promenade en bord de mer, se balader dans le grand parc aussi en bord de mer, voir les thermes romains et le musée archéologique pour ceux qui sont intéressés.

Vous pouvez essayer les piscines naturelles en bord de mer (voir sur les photos ci-dessous) qui sentent le souffre, ce sont des eaux aux vertus thérapeutiques, il faut oser se glisser dans l'eau car la population est plutôt masculine et d'un certain âge. Nous ne l'avons pas fait parce que ce type d'activité est déconseillée avant et après un marathon, pour ne se déshydrater...


Informations à savoir sur le pays :

  • D'une manière générale, nous sommes un peu déçus, il y a peu de lieux et de monuments à visiter, cela est peut-être dû à l'histoire et au niveau économique du pays (dictature pendant 45 ans après la seconde guerre mondiale, ça n'aide pas forcément !).

  • Gros point positif : les machines à café à tous les coins de rues même au milieu de la pampa à 0.50 centimes de leva soit environ 20 centimes d'euros.

  • On peut acheter des bières un peu partout, en plus, elles ont toutes le même prix, pas de différence dans les stations service par exemple.

  • Focus conduite : les bulgares roulent dangereusement et ne respectent pas le code de la route, il faut être très vigilant ! Nous avons échappé à au moins 2 accidents.

  • Il y a énormément de stations services, il est quasi impossible de tomber en panne d'essence, en plus, le gazoil y est pas cher, le moins coûteux d'Europe pour le moment.

  • Les hommes ont le regard très insistant sur les femmes, ça en devient même gênant ! C'était également la cas au volant de Runy.

  • Pour les vanlifers : avant de se garer bien vérifier qu'il n'y ait pas un panneau d'interdiction car ils sont parfois cachés et l'amende risque d'être lourde.


Si vous avez des anecdotes ou endroits que vous avez visité à nous raconter sur la Bulgarie, nous serions heureux de les connaître !

0 vue
Qui sommes-nous ?

Un jeune couple, Julie et Alexandre qui ont décidé de découvrir l'Europe en courant. De Paris jusqu'à Bucarest en passant par l'Italie et les Pays-Bas.

 

En savoir plus

 

Abonne-toi
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now