La Roumanie - partie 1

Ah la Roumanie, avant d'y arriver, nous en avons entendu que du bien, entre l'accueil, l'hospitalité, les paysages et les activités à faire... Nous avions qu'une hâte, c'est d'y aller.

Tchao la Bulgarie et bonjour la Roumanie !


Si on voulait résumer en 3 mots, nous dirions que c'est : le pays du chien, des marchands en bordure de routes et des forêts verdoyantes. On vous en dit un peu plus dans cet article puis dans la partie 2 qui viendra par la suite.


Vama Veche - depuis Varna 110km soit 1h25

Comme nous avions une semaine de battement avant le marathon de Varna, nous en avons profité pour traverser la frontière et partir à la découverte de la côte ouest de la Roumanie.

Notre premier stop, un camping à Vama Veche, une ville hyper animée l'été avec bars et boites de nuit sur les plages, bon au mois de mai, ils étaient plutôt en train d'être refaits pour la peak season.

Ce camping est une petite pépite, la gérante nous a offert un pichet de vin maison le premier soir, nous avons discuté du camping, de la ville, elle nous a montré des photos du monde et de l'ambiance qu'il pouvait y avoir l'été. Un échange simple et très sympathique, nous nous sentions bien ici alors nous sommes restés deux nuits. En plus de l'accueil, cet emplacement propose tous les services pour la modique somme de 10 euros par nuit.


Constanta et le sud du Delta du Danube - 97km soit 1h27

La première grande ville avant d'arriver vers le Delta du Danube est Constanta. Cette ville est connue pour son casino en bord de mer qui est actuellement en restauration.

C'est aussi l'une des plus grandes villes de Roumanie, le port le plus important du pays et aussi l'étape la plus intéressante du littoral roumain qui permet de mêler plages et lieux culturels. Une architecture riche, des vestiges grecs aux immeubles contemporains en passant par l'héritage ottoman et les constructions du XIXe siècle.

Nous y sommes restés la journée puis direction le Delta du Danube.


Nous n'avions pas le temps d'aller au cœur du delta, nous sommes allés vers Vadu où nous avions trouvé un chouette endroit pour passer la nuit, les pieds dans le sable et la vue sur la mer. Nous avons même eu la visite d'un toutounet trop mignon que nous avons essayé d'apprivoiser sans grande réussite.

Avant la tombée de la nuit, Julie a couru son dernier footing avant le grand jour, Alex quant à lui en a profité pour prendre quelques photos des environs.

Ce moment loin de tout nous a fait du bien, nous serions bien restés quelques nuits supplémentaires mais le timing était serré avant la course en Bulgarie.


Bucarest - 265km soit 3h30

Dès le lendemain du marathon, nous avons mis les voiles pour la capitale de la Roumanie afin de rejoindre les coureurs adidas Runners Bucarest pour leur sortie du lundi nommée "lucky run" qui allie running et ateliers créatifs pour laisser libre court à notre imagination. C'est surtout une bonne idée de séance post course, pour nous, après le marathon et pour eux le semi ou le 10km de Bucarest.

L'équipe est sympa et accueillante, certains runners anglophones ont discuté avec nous sur la course à pied, notre voyage, leurs visites en France... C'est agréable de pouvoir échanger avec des personnes qui ont la même passion que nous, il nous restera plus qu'à rencontrer des voyageurs de notre âge pour parler voyage et vie de nomade.

Pendant qu'Alex faisait des photos de la séance, Julie a couru les 3 km avec les jambes un peu congestionnées puis elle s'est sentie l'âme d'une artiste en prenant pinceaux et peintures à l'eau. Elle en profite puisque nous n'en avons pas dans le fourgon.


Le Lendemain, nous avons visité la ville en passant dans le parc dans lequel nous étions garés, un beau parc fleurit avec bars et restaurants au bord de l'eau, l'été l’ambiance doit être enflammée.

Nous prenons le metro pour arriver dans le centre ville, dans le quartier universitaire pour tester le restaurant Caru cu bere qui propose des plats traditionnels dans un décor néogothique avec orchestre et serveuses en tenues traditionnelles.

Y vaut mieux y aller le midi pour être certain d'avoir une table !


Le ventre bien tendu, nous avons continué les visites avec le palais du Parlement qui est le deuxième plus grand bâtiment administratif après le Pentagone aux Etats-Unis et de style stalinien. Puis l'Athénée roumain, le palais de Justice, la parc Cismijiu avec son lac et son streetworkout et la rue Victoriei qui possède musées et églises sur plusieurs kilomètres, de quoi se régaler.

Enfin, nous avons terminé la visite par la ruelle avec les parapluies que nous avons d'ailleurs cherché pendant un petit bout de temps !

Challenge : à vous de la trouver quand vous y serez !


Le + : le restaurant à tester absolument, prix très très abordable, copieux, goûtu et qui nous immerge dans l'ambiance du pays.

Aller dans les parcs aux beaux jours (ils sont nombreux et de grandes tailles) pour flâner, courir ou bien déguster un verre dans les bars.


Brasov et la cité de Rasnov - 184km soit 2h35

Ces deux villes sont un passage obligé pour découvrir toutes les facettes de la Roumanie et notamment la Transylvanie.


Brasov est entourée par la chaîne de montagnes des Carpates, elle est connue pour ses remparts et bastions saxons d'époque médiévale, son imposante église noire de style gothique et ses cafés animés. La place du Conseil située dans le centre historique pavé est entourée de bâtiments baroques colorés et abrite l'ancien hôtel de ville transformé en musée d'histoire locale.

La découverte insolite est la ruelle de la ficelle (strada Sforii), pas évidente à trouver d'ailleurs, sa particularité est son étroitesse avec seulement 1.10 mètres de largeur sur 83 mètres de long.

Chouette première ville de cette région si connue.


Quant à la cité médiévale de Rasnov à quelques kilomètres de Brasov et bien, nous avons été un peu déçu. Elle est plus impressionnante vue de l'extérieur que de l'intérieur, en plus, nous avons dû débourser pour le téléphérique et l'entrée. Au moins, de là haut, nous avions une vue splendide sur la vallée verdoyante et jaune (merci le colza pour cette jolie couleur!) et sur les montagnes enneigées.

On ne peut pas aimer toutes les visites, c'est aussi ça le voyage !


Le + : prendre un café en terrasse à Brasov et déguster un covrig au chocolat (ohhh c'est tellement bon !) dans une boulangerie en take-away.


Bran - 28km soit 36 minutes

Ahh le célèbre château qui a fait couler tellement d'encre.

C'est d'ailleurs l'écrivain britannique Bram Stocker qui a créé la légende de Dracula dans son roman publié en 1897.

Il s'est inspiré notamment du château de Bran et de deux vovoïdes de Valachie Vlad Tepes et Vlad Dracul ainsi appelés parce qu'ils faisaient partis de l'ordre du dragon, rien de vampiresque la dedans.

Il existe de nombreuses histoires autour de ces deux nobles et nous ne saurons pas laquelle est véridique, en tout cas, nous aimons croire aux légendes et aux vampires pour donner plus d'authenticité à cette visite.

Le bâtiment en lui-même est assez massif, construit sur un rocher, il surplombe ainsi la ville de Bran de part et d'autres. L'intérieur quant à lui est composé de petites pièces assez basses avec des poutres foncées et des murs blancs, les meubles sont massifs et aident à nous immerger dans l'ambiance de l'époque.

C'est un lieu très prisé par le tourisme, il est difficile de faire des photos sans personnes dans le champs !!

C'est un monument qui vaut le coup et puis c'est plutôt la classe de dire que nous l'avons vu de nos propres yeux !


C'est en arrivant devant la porte d'entrée du parc du château que nous nous sommes aperçus qu'un trail était organisé le week-end de notre passage, quel dommage. En plus, il était impossible d'acheter le dossard sur place... Et pourquoi pas le tenter l'année prochaine ?! Des distances tout de même costauds avec 100 km pour 6 000 mètres de dénivelé mais aussi du 80, 50 et 20 km, nous allons essayer de motiver des copains pour nous y accompagner en 2020 !


A la sortie, il y a un village de baraques souvenirs et produits locaux, les prix sont tout à fait convenables, nous y avons acheté du fromage fumé pour 14 ron, un t-shirt vampiresque pour le petit frère de Julie et une magnet pour Mamie, il a fallut stopper Julie pour ne pas qu'elle craque le budget souvenirs !


La route Transfaragansa et son barrage - 155km soit 3h10

Transfaragansa est la célèbre route en lacet de Roumanie mais ce que l'on ne dit pas, c'est qu'elle est accessible seulement 2 mois par an, principalement en juillet et août puisque la plus part du temps, une partie des sommets sont enneigés.

Sachant cela, nous l'avons prise par la partie la plus praticable soit le sud vers Curtea de Arges (entre Bran et cette ville, la route est assez mauvaise d'ailleurs) puis nous l'avons remonté jusqu'au barrage à environ 25 km du départ.

La route est sinueuse, un peu abrupte pour cette première partie, le reste de la route aurait été un vrai kiff pour Alex, 116 km de virages mais ça ne sera pas pour cette fois ! Nous sommes tout de même contents d'être arrivé jusqu'au barrage parce que la vue est vertigineuse côté barrage et éblouissante côté lac et montagnes.


Anecdote :

Quelques kilomètres avant le barrage, un deuxième château de Dracula est juché sur les hauteurs de la Transfaragansa, nous voulions le visiter puisque la route n’était pas praticable mais manque de chance, l'accès au château est lui aussi fermé à cause de la présence d'ours sur le chemin. Impossible de passer les barrières et de faire abstraction des mises en garde alors nous rebroussons chemin vers la prochaine destination.


Informations à savoir sur le pays :

  • L'auto-stop doit être courant car nous avons vu de nombreuses personnes le faire au bord des routes que ce soit en ville ou en campagne.

  • Qui dit chiens errants dit que certains ne survivent pas malheureusement, leur cadavre sur le bas côté n'est même pas enlevé, c'est triste à voir.

  • Nous avons remarqué deux populations très différentes, les roumains et les roms qui sont eux mates de peau, vêtus traditionnellement et font parfois la manche, ce sont les mêmes personnes que nous avons en France.

  • Focus conduite : elle est plutôt dangereuse, moins que les bulgare certes mais il faut tout de même être très vigilant.

  • Nous avons testé les cafétérias dans les villes et bien, elles sont bien différentes de chez nous, elles proposent des plats traditionnels de bonne qualité et goûteux, pas comme chez nous où nous avons l'impression de retourner à la cantine du collège. A tester ! En plus, cela ne vous coûtera quelques euros.

  • Pour notre plus grande joie, ici, nous trouvons de nombreuses boulangeries. Des pains en tout genre, des pâtisseries en take away...

34 vues
Qui sommes-nous ?

Un jeune couple, Julie et Alexandre qui ont décidé de découvrir l'Europe en courant. De Paris jusqu'à Bucarest en passant par l'Italie et les Pays-Bas.

 

En savoir plus

 

Abonne-toi
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now