Run in Prague

C’est à Prague que nous avons rechaussé les baskets après une pause estivale de 3 semaines qui a fait grand bien à nos muscles, à nos articulations et notre mental.


Cette fois encore, nous avons pris un départ différent puisque Julie s’est lancée sur une course 100% féminine proposée par adidas, certains ne seront pas d’accord ou trouverons sexiste de proposer un 5km pour les femmes, certes c’est une petite distance mais cela permet à certaines femmes de se lancer sur une première compétition de course à pied, et également et surtout assez technique comme distance car encore plus que sur un 10km, il faut être à 100% de sa VMA.

Pour Julie, une courte distance était idéale pour commencer la saison.


Julie :

Le départ était à 18h, il faisait donc encore jour, les températures étaient adéquates, environ une dizaine de degrés, juste ce qu’il faut pour avoir ni trop froid ni trop chaud, j’aurais même pu y aller en short plutôt qu’en legging (Julie la frileuse !).


Après un échauffement, j'ai filé dans mon sas de départ, le sas A qui était en fait le premier devant la ligne de départ, super comme ça il n'y a pas eu d’embouteillage.

Le coup de feu a retenti, je suis partie assez rapidement avec un premier kilomètre en 4’50.

Finalement, quand je ne me fixe pas d’objectif de chrono, ce n’est pas évident de doser la vitesse alors je fais vraiment au feeling. Quand je me sentais bien, je laissais dérouler les jambes, quand la respiration s’emballait ou le point de côté qui pointait le bout de son nez, je levais un chouia le pied mais pas trop quand même car sur 5km ça passe très vite, pas le temps de se reposer, faut envoyer !

Alex était situé à des points stratégiques pour me voir passer le maximum de fois et par la même occasion m’encourager.

Bingo, c’était pile ce qu’il me fallait, au premier kilomètre, au 2,5ème et au 4ème kilomètre, Alex était là pour donner de la voix surtout très utile sur le dernier kilomètre en ligne droite vers l’arrivée.

C’est à ce moment-là que j’ai senti mon estomac se serrer comme des crampes, j’ai bien cru que j’allais vomir à plusieurs reprises mais avant, il fallait accélérer et finir la course.

Sur les derniers mètres, j'ai doublé deux nanas, j'adore sprinter jusqu’à franchir la ligne et grapiller quelques places au classement.

Ouf, je suis enfin arrivée et à deux doigts de rejeter la pasta party mangé le midi dans le fourgon, un bénévole me propose d’aller voir l’infirmerie mais je sais pertinemment que ça va passer, c’est juste la conséquence de s’être donné !

Une bénévole m'a donné la médaille et un coupe-vent puis une bière Birell (sans alcool), je marchais jusqu’au point de rendez-vous avec Alex, toujours avec l’estomac serré.


Au final, je suis contente de ma course, j’ai fait du mieux que j’ai pu avec le peu d’entrainement que j’ai eu ces dernières semaines.


Alexandre :

Après avoir laissé Julie dans le sas, je suis parti sur le pont qui me permettait de la voir à 4 points de la course.

Sur le premier et le deuxième point, j’étais surpris de la voir si proche du top 20. En la voyant au 4ème kilomètre, malgré qu'elle avait perdu quelques places, elle avait toujours le smile. Je me suis mis à courir avec elle pour l’encourager et l’a filmer.

Nous nous sommes retrouvés au niveau des gradins en dépit de la foule sur les trottoirs. Il était temps pour moi de me changer et de commencer à m’échauffer 30 minutes avant le départ de la course.


A chaque fois, le temps passe si vite et j’ai l’impression de ne pas m’être échauffé.

J'ai décidé de rentrer au milieu du sas car je voulais laisser partir les plus rapides devant.

Julie est partie de son côté pour me retrouver au 1er kilomètre.

Dans l’attente du coup de feu de départ, je sentais que les runners à côté de moi étaient sur le qui-vive, je me suis dis que j'allais devoir jouer des coudes, cette sensation qui m'a freiné avant de m'élancer.

Finalement, le départ a retenti et chacun a trouvé son chemin sans se bousculer.

Après mettre fait dépasser par les deux meneurs d’allure, celui de 40 et 45 minutes pourtant ma montre indiquait une allure de 4’30/km, apparemment ils ne tiennent pas tout à fait le rythme voulu.

J’ai aperçu Julie malgré une foule dense sur les trottoirs et cela me donnait envie de rentrer enfin en mode course chronométrée.


Le début du parcours était à double sens, cela m'a permis de voir les élites et c’est à ce moment que je me suis demandé : "Quand est ce que je courrais un jour aussi vite ?"

Les kilomètres 2/3 et 4, je les ai couru à un rythme stable pourtant sans trop d’entraînement, étonnement, je me faisais autant doubler qu’au début de la course mais je savais que quoiqu'il arrive, ils risquaient de se cramer. Et ça été le cas autour du 7ème où les faux-plats ont eu raison d’eux ce qui m’a permis d’en doubler un certain nombre.

Au 9ème kilomètre, j'ai commencé à accélérer comme on avait convenu avec Julie ce qui était sans mal car je sentais la fatigue arriver (dû au repos estival !), heureusement que Julie était là pour me rappeler que c’était le moment de tout donner.

Bien que les 800 derniers mètres étaient en faux plats montant, je m’efforçais de garder une allure élevée, pour me donner du courage, je me disais que chaque personne dépassée me rapprochait de la ligne d’arrivée.

En la franchissant, ma montre indiqua 45’59 minutes.


Comme à mon habitude, je nai porté pas la médaille.

J'ai croisé certains adidas Runners de Prague qui m’ont invité à prendre une photo souvenir de la course.


Nous sommes tous les deux plutôt satisfaits de nos courses même s’il n’y a pas eu de chrono, il y a au moins eux de bonnes sensations.

Après l’effort, le réconfort chez Vapiano où nous avons rejoint les adidas Runners Prague pour manger de bonnes pastas et faire connaissance. Malheureusement, ils n’étaient pas forcément motivés pour nous intégrer alors nous n’avons pas fait de vieux os, ça arrive !

On mise maintenant sur la runbase de Berlin pour une ambiance on fire avec l’arrivée du marathon de Berlin fin septembre.

#race #raceday #prague #10km #5km #adidaswomen #running #courseapied #run #couplegoal

0 vue
Qui sommes-nous ?

Un jeune couple, Julie et Alexandre qui ont décidé de découvrir l'Europe en courant. De Paris jusqu'à Bucarest en passant par l'Italie et les Pays-Bas.

 

En savoir plus

 

Abonne-toi
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now